Rechercher
  • Africa Mondo

Des jeunes panafricains engagés pour un meilleur avenir commun

Africa Mondo se réjouit que son expertise et que son expérience soient sollicitées par des jeunes africains qui souhaitent donner de nouvelles orientations à leurs engagements panafricains. C'est dans ce cadre que le Réseau des Jeunes pour l'Intégration Africaine, fondé par le Burkinabé Jean-Paul Sagadou, a fait appel à la directrice générale d'Africa Mondo, Mélina Seymour, le samedi 4 septembre 2021, pour participer à une rencontre en version hybride.



En effet, depuis maintenant quelques mois, le Réseau des Jeunes pour l’Intégration Africaine (RJIA) a entrepris un processus de mobilisation et de concertation autour des enjeux de leur organisation et des Voyages d’Intégration Africaine (VIA) qu'il organise depuis près de 10 ans. Il est question pour les membres du RJIA de s'interroger sur la pérennité des modèles proposés à la jeunesse au RJIA et par les VIA pour ainsi apporter des changements, si nécessaires, afin d’optimiser leurs objectifs. C'est ainsi que les membres ont décidé d'organiser un atelier de réflexion pour les inviter, avec leurs partenaires, à innover dans le but de trouver de nouvelles méthodes de travail plus opérationnelles et ambitieuses.


Donc, depuis Ouagadougou, des jeunes Burkinabè ont sollicité la participation de madame Seymour en tant que personne ressource, avertie des questions de jeunesse et d’intégration africaine, notamment à travers ses engagements associatifs et entrepreneuriaux en Afrique et aux Antilles. C'est depuis le Québec qu'elle s'est entretenue avec les participants à la rencontre.


Son intervention portait sur le thème : "Comment financer des programmes VIA entre jeunes africains et ceux des diasporas ? Quelles sont les sources de financements possibles ?"


Madame Seymour a débuté son exposé en expliquant aux participants que dans le sens -Diasporas vers le continent africain - il y a plus d'offres de financements possibles pour des jeunes de 18 à 25 ans ou de 18 à 35 ans. La réciprocité est possible, mais est moins évidente qu'il n'y paraît s'agissant des possibilités de financement avec le soutien des aides publiques. Pour les jeunes afro-descendants qui vivent en Europe, aux Antilles ou en Amérique du Nord, plus précisément dans la Province de Québec, il y a des possibilités d'aides à la mobilité internationale des jeunes selon le critère d'âge et la pertinence du projet du jeune. Sans rien enlever du caractère panafricain des Voyages d'Intégration Africaine, elle a invité les jeunes du RJIA à adapter leurs projets aux bailleurs potentiels autant de fois que nécessaire, tant que cela ne "travestissait" pas leurs valeurs Ubuntu.


Madame Seymour a invité les jeunes à ne pas se fermer des portes de financements provenants de plusieurs sources légales bien évidemment, y compris celles provenant de l'Europe ou de l'Amérique. Elle a aussi rappelé l'importance pour toute organisation d'avoir des thématiques qui, dans la mesure du possible, contribuent à l'atteinte des Objectifs de Développements Durable (ODD). Les projets qui ont pour objectifs de lutter contre le changement climatique sont très appréciés, ou encore des échanges interculturels, mais qui ont pour finalité de présenter une œuvre commune, afin de dépasser la simple conférence publique ou un forum de sensibilisation.


À titre d'exemple, elle a proposé une rencontre internationale entre différents acteurs ayant pour thèmes : les solutions africaines pour lutter contre le changement climatique.




Plusieurs questions des participants ont rehaussé la qualité de cette belle et riche rencontre en version hybride. Les discussions se sont poursuivies à Ouagadougou avec d'autres intervenants.


Les initiatives futures seront à la hauteur des attentes d'une jeunesse en quête de solutions pour un avenir commun pour que l'identité et toutes les valeurs Ubuntu soient au coeur des actions conduites par le RJIA et ses partenaires.